• Europa - Camp militaire

  • Europa - Tortue verte de retour de ponte dans le lagon interne

  • Europa - Mangrove à Rhizophora mucronata

  • Grande Glorieuse - Trace d'une tortue verte dans une formation à Scaevola taccada sur le littoral est

  • Grande Glorieuse - Camp militaire

  • Ile du Lys - Colonie de Noddi brun

  • Juan de Nova - Pelouse à Sporobolous virginicus et Dactyloctenium geminatum sur le littoral ouest

  • Juan de Nova - Faré sur le littoral nord

  • Tromelin - Formation à Heliotropium foertherianum sur le littoral nord

  • Tromelin - Piste d'aviation

 

Bilans

Quelques bilans sont présentés sous la forme de graphiques ou de tableaux de manière à apprécier l'évolution des connaissances liées à la flore et aux systèmes de végétation, des protocoles mis en œuvre et des collections végétales depuis le début des travaux du CBM sur les îles Éparses.

bilan DES MISSIONS DE TERRAIN

Depuis la première mission effectuée en 2004, le CBM accumule à ce jour 583 jours/Homme de présence sur les îles Éparses grâce à la réalisation de 26 missions. Ces indices se répartissent de la manière suivante selon chaque territoire :

  • Europa : 236 j/H (soit 40% du total j/H) à travers 13 missions (10 de courte durée, 1 de moyenne durée et 2 de longue durée)
  • Juan de Nova : 120 j/H (soit 21% du total j/H) à travers 3 missions (1 de courte durée et 2 de moyenne durée)
  • Les Glorieuses : 192 j/H (soit 33% du total j/H) à travers 6 missions (4 de courte durée, 1 de moyenne durée et 1 de longue durée)
  • Tromelin : 32 j/H (soit 6% du total j/H) à travers 4 missions (3 de courte durée et 1 de moyenne durée)
Max graph0 bilanterrain Max graph0 bilanterrain2

 Au total, 13 personnes du CBM ont participé à au moins une de ces missions de terrain (consulter la page "Histoire de la botanique" pour en savoir plus).

 Mise à jour : février 2017

Évolution des connaissances liées à la flore

Les missions d'inventaire menées par le CBM ont permis d'améliorer significativement la connaissance relative à la diversité floristique, jusqu'alors largement sous-estimée sur l'ensemble des territoires. On peut noter une augmentation de l'ordre de :

  • 74% pour la flore d'Europa (passage de 54 taxons référencés avant 2004 à 94 en 2016)
  • 374% pour la flore de Juan de Nova (passage de 31 taxons à 147 en 2013)
  • 112% pour la flore des Glorieuses (passage de 58 taxons à 123 en 2014)
  • 91% pour la flore de Tromelin (passage de 11 taxons à 21 en 2016)
Max Graphique1 Nbre taxonsIE CFOphioglossum-20130318-JH1
Inventaire floristique par Christian FONTAINE (Juan de Nova)

 Ces résultats peuvent en partie être expliqués par l'introduction involontaire de nouveaux taxons au gré des déplacements humains, mais ils démontrent surtout les lacunes en termes d'efforts de prospection et de connaissances floristiques.

 Mise à jour : décembre 2016

 

Bilan des relevés de systèmes de végétation

En 2004, Vincent BOULLET a initié l'étude des systèmes de végétation des îles Éparses.

Depuis, il a parcouru chaque territoire, hormis Tromelin, surlesquels il a réalisé pratiquement 1000 relevés phytosociologiques appuyés par plus de 150 transects. Ces données ont permis de dresser des typologies de la végétation et des habitats d'Europa, de Juan de Nova et des Glorieuses.

VincentBOULLET-Juan de Nova-JH20091029 Max Tableau1 Rel PhytoIE
 Relevé de végétation par Vincent BOULLET (Juan de Nova)

 Mise à jour : août 2016

 

Bilan des protocoles de suivi de végétation

Depuis 2011, le CBM met en œuvre divers protocoles de suivi de végétation de manière à appréhender l'évolution de la végétation naturelle (protocole de placettes permanentes) ainsi que la dynamique de la végétation sur des zones perturbées telles que les sentiers (méthode de quadrats) et les pistes d'aviation (méthode de points contacts). Des placettes permanentes ont également été installées dans le but de juger de la dynamique de la végétation suite à des actions de gestion : actions de lutte contre le Choca et le Sisal sur Europa et ratissage de la paille Filao sur la Grande Glorieuse.
Ces protocoles ont été mis en place sur Europa (2011), sur la Grande Glorieuse (2012 et 2014), sur Juan de Nova (2013) et Tromelin (2013). Les placettes permanentes seront à présent suivies tous les 5 ans.

Max Tableau2bis ProtSuiviIE TP-Piste Transall-EUROPA-20111023-JH11
 Relevé de végétation sur piste (Europa)

Mise à jour : juillet 2016

 

 Bilan des collections végétales

De manière à disposer de matériel d'étude en vue de sa détermination, le CBM a initié la création de collections ex situ telles qu'un herbier (matériel végétal conservé sous forme sèche), une alcoothèque (matériel végétal conservé dans des piluliers d'alcool à 70°) et une carpothèque (collection de semences). De plus, le CBM a initié une collection de fragments végétaux conservés dans du silicagel afin de disposer de matériel adéquat pour des études (phylo)génétiques dans le cadre de collaborations avec des centres d'étude spécialisés.

Au gré des missions de terrain, les botanistes ont procédé à :

  • 742 collectes d'herbier rassemblant à ce jour 1681 parts végétales : 874 sont stockées au CBNM (parmi lesquelles 849 ont été montées en planches d'herbier) alors que 501 et 306 parts ont respectivement été transmises aux herbiers du Missouri Botanical Garden et du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris. A ce jour l'herbier rassemble 84% de la diversité floristique globale d'Europa (79 taxons sur 94), 78% de celle de Juan de Nova (114 taxons sur 147), 84% de celle des Glorieuses (103 taxons sur 123) et 48% de celle de Tromelin (10 taxons sur 21). Toutes îles confondues, il rassemble 199 taxons sur un total de 237 taxons recensés (soit 84% de la diversité floristique globale des îles Éparses).
  • 128 collectes conservées en alcool rassemblant 72 taxons
  • 130 collectes de semences destinées à la carpothèque à ce jour riche de 119 taxons
  • 129 collectes conservées en silicagel rassemblant 106 taxons
Planche Herbier Psialt  Max Tableau3 CollVegIEbis
 Planche d'herbier de Psiadia altissima collecté sur Europa

 

Depuis juillet 2016, les données de l'herbier des îles Éparses sont accessibles en ligne sur Tropicos® (faire une recherche en tapant 'CBNM' en nom de récolteur/Senior Collector).

(Consulter l'article "L'herbier de la flore vasculaire des îles Éparses" pour en savoir plus)

Mise à jour : janvier 2017

 

Bilan des ressources iconographiques

Depuis 2004, plus de 26 000 photos prises sur les îles Éparses ont été sélectionnées et archivées au sein d'une base iconographique.
Elles concernent essentiellement les thématiques liées à la flore, aux habitats, aux paysages et aux protocoles scientifiques. Elles constituent de précieux supports dans l'élaboration de nos divers documents (flore illustrée, guide de gestion, notice méthodologique, présentation et diaporama...).

Max Tableau4 IconoIE herborisation-GRANDE GLORIEUSE-20120521-JEBE11
Prise de photos de la flore par Jean HIVERT (Grande Glorieuse)

 Mise à jour : février 2017

 

Bilan des travaux sur les semences indigènes

Au total, 136 évènements de collecte (semences, banque de sol ou bouture) ont été effectuées sur l'ensemble des îles. Ils concernent 45 taxons indigènes, répartis selon 29 familles botaniques.
De retour de mission, ces semences sont conditionnées au sein de la serre du CBM et mises en germination selon divers protocoles (selon 60 protocoles distincts). Au total, 280 tests de germination ont été appliqués à ce jour.

Suite à l'analyse des données de germination (59 tests jugés satisfaisants) et à la compilation des données liées aux phases de récolte, de repiquage et d'élevage, 59 fiches d'Itinéraire Technique de Production ont été rédigées. Elles concernent 32 taxons indigènes des îles Éparses.

 Tests germination-20120315-JH06 Max Tableau5 SemencesIE 
Tests de germination de semences indigènes collectées sur les îles Eparses

 

(Consulter l'article "Fiches d'Itinéraire Technique de Production d'espèces indigènes des îles Éparses" pour en savoir plus)

Des travaux sont également réalisés sur des lots de semences collectés dans des laisses de mer sur la Grande Glorieuse (juin 2012 ; janvier-avril 2014), sur Juan de Nova (mars 2013) et sur Europa (mai-juillet 2016). Ces semences ont ensuite été mises en germination (au sein de la serre du CBM ou en conditions in situ) de manière à faire l'objet d'un suivi et d'analyses.

Ces études permettent d'appréhender les phénomènes de colonisation des îles par le biais du transport océanique des semences.

Mise à jour : décembre 2016