Index de l'article

AUTRES COLLECTIONS VÉGÉTALES

En plus de l’herbier, le CBN-CPIE Mascarin abrite trois autres types de collections végétales de la flore vasculaire des îles Éparses.

 

L’alcoothèque

Cette méthode de conservation consiste à conditionner des parts végétales dans de l’alcool à 70° afin de pouvoir les observer une fois séchées.

ColleVgIE 20170530 PA43Elle est essentiellement appliquée à des végétaux montrant des difficultés de séchage (cas par exemple des plantes succulentes) ou afin de conserver intacts certains organes (les fleurs par exemple). Cette méthode permet en effet aux échantillons de garder leur taille ainsi que leur forme et elle met en évidence leur nervation. Elle présente par contre certains inconvénients tels que la perte des couleurs, une odeur désagréable et la nécessité de remplacer l’alcool de temps en temps.

Au CBN-CPIE Mascarin, chaque échantillon est conditionné dans un pilulier (hermétique et de taille adaptée) rempli d’alcool à 70°. Sur chaque pilulier est collée une étiquette indiquant les principales informations liées à l’échantillon (numéro d’identifiant unique, nom et famille du taxon, date et lieu de récolte, identité du récolteur, organe récolté et nombre de réplicas). Le numéro d’identifiant est également inscrit sur le bouchon de chaque pilulier pour faciliter leur recherche (classement par ordre de numéro d’identifiant).

ColleVgIE 20170530 PA45   ColleVgIE 20170530 PA67   ColleVgIE 20170530 PA56 

Tous les échantillons de l’alcoothèque des îles Éparses sont consignés dans une base de données (tableur Excel) disponible en téléchargement en cliquant ici (version juin 2019) :

La carpothèque

ColleVgIE 20170607 PA4Cette collection rassemble des semences (fruits et/ou graines) récoltées sur les îles Éparses, que ce soit sur semencier ou au sein de laisses de mer, puis conservées en l’état et à température ambiante.

Disposer d’un tel matériel permet son observation fine voire même sa dissection afin d’affiner les connaissances des mécanismes de multiplication et de dispersion de la flore vasculaire des îles Éparses. Cette collection constitue également un support éducatif ludique faisant appel à la vue et au toucher.

La phase de conditionnement consiste tout d’abord à nettoyer et sécher (naturellement ou à l’aide d’un dessiccateur ou d’une étuve) les semences. Chaque partie charnue doit être retirée sous peine de pourrissement. Puis, chaque échantillon est placé dans une boite transparente de taille adaptée sur laquelle est collée une étiquette indiquant les principales informations liées à l’échantillon (numéro d’identifiant unique, nom et famille du taxon, lieu de récolte et organe récolté).

Les boites sont disposées sur des étagères et classées par ordre alphabétique selon les noms scientifiques des taxons.

ColleVgIE 20170530 PA14   ColleVgIE 20170530 PA9   ColleVgIE 20170530 PA10 

Tous les échantillons de la carpothèque des îles Éparses sont consignés dans une base de données (tableur Excel) disponible en téléchargement en cliquant ici (version juin 2019) :

 

La silicathèque

ColleVgIE 20170530 PA38Cette collection rassemble des fragments végétaux baignés dès leur récolte dans des billes de silicagel de manière à les déshydrater en douceur et ainsi préserver au mieux leur matériel génétique. Ces échantillons ne sont donc pas voués à l’observation par des botanistes mais à leur étude par des spécialistes en biologie moléculaire et en sciences de l’évolution. De tels travaux permettent par exemple de mieux appréhender la complexité de certains groupes taxonomiques ainsi que les liens de parenté et les origines des plantes des îles Éparses grâce à une approche par la classification phylogénétique.

La phase de conditionnement est cruciale afin de disposer d’un matériel génétique de bonne qualité. Elle débute dès la récolte de terrain où l’échantillon prélevé (généralement un fragment de feuille parfaitement propre) est aussitôt placé dans un récipient contenant des billes de silicagel placées préalablement (un pilulier hermétique ou un filtre à café lui-même rangé dans une boite hermétique au fond empli de silicagel) accompagné de son numéro d’identifiant unique. De retour au laboratoire, l’échantillon végétal est coupé en fines lamelles qui sont plongées dans un pilulier hermétique aux ¾ rempli de billes de silicagel. Bien veiller à nettoyer son ciseau à l’alcool entre deux échantillons à découper et à remplacer les billes de silicagel dès le moindre signe d’hydratation (changement de couleur généralement).

Sur chaque pilulier est collée une étiquette indiquant les principales informations liées à l’échantillon (numéro d’identifiant unique, nom du taxon, date et lieu de récolte). Le numéro d’identifiant est également inscrit sur le bouchon de chaque pilulier pour faciliter leur recherche (classement par ordre de numéro d’identifiant).

Enfin, des lots de piluliers sont rangés dans des grandes boites hermétiques au fond recouvert de billes de silicagel pour une double protection.

 ColleVgIE 20170530 PA18   ColleVgIE 20170530 PA24   Max ColleVgIE 20170530 PA8

Tous les échantillons de la collection en silicagel des îles Éparses sont consignés dans une base de données (tableur Excel) disponible en téléchargement en cliquant ici (version juin 2019) :

 

L'ensemble de ces échantillons peuvent être mis à disposition de la communauté scientifique sur la base de certaines modalités définies par convention. N’hésitez pas à nous contacter !